La Méditerranée antique

Titre activites

Activités

 Activité 1 

Titre act 1 pericles 1

 Activité  3 

Titre act 3 constantin

 Activité  2 

Titre act 2 auguste

Questions problématisées

1. Dans quelle mesure l’empire athénien a-t-il permis à Athènes de renforcer son régime démocratique au Ve siècle avant J.-C. ?

 

INTRODUCTION 

 

Athènes est une cité qui s’étend sur l’Attique au sud-est de la Grèce. Au Ve siècle avant J.-C., elle parvient à créer un empire en établissant sa domination sur la mer Egée. Durant cette période, Athènes renforce aussi sa démocratie, un régime politique où le pouvoir est aux mains des citoyens. Dans quelle mesure l’empire athénien a-t-il permis à Athènes de renforcer son régime démocratique au Ve siècle avant J.-C. ?

 

DEVELOPPEMENT

 

PARTIE I │ Au Ve siècle avant J.-C., Athènes crée un empireAu début du siècle, Athènes repousse les Perses qui cherchent à envahir la Grèce, à Marathon (-490) puis à Salamine (-480) et Platées (-479). Après ces guerres médiques, Athènes s’associe aux cités de la mer Egée dans une grande alliance, la ligue de Délos. Chaque cité doit fournir des navires ou de l’argent pour entretenir une flotte capable de repousser une invasion perse. Mais Athènes établit rapidement sa domination sur les cités de la ligue. Elle transporte le trésor de la ligue sur l’Acropole et détourne l’argent à son profit. Elle force les cités alliées à utiliser la monnaie et les poids-et-mesures athéniens, ce qui lui permet de développer son commerce. Enfin elle installe des garnisons et des colons athéniens (les clérouques) dans les cités pour empêcher ces dernières de quitter la ligue. On peut donc parler d’empire car les cités alliées lui doivent obéissance.

PARTIE II │ Tout en fondant un empire, Athènes renforce son régime démocratique. Au début du siècle, les citoyens disposent du pouvoir politique. Réunis à l’Ecclésia, ils font les lois et élisent ou tirent au sort parmi eux les magistrats qui dirigent la cité. Ils siègent à l’Héliée, pour rendre la justice, et à la Boulè, pour préparer les lois. Les magistrats les plus puissants sont les stratèges élus tous les ans qui dirigent l’armée et sont les chefs de gouvernement. La démocratie est protégée par la procédure d’ostracisme, qui permet de bannir pour dix ans tout citoyen qui représente un danger pour elle. De 462 à 429, Périclès est élu plus de trente fois stratège. Il utilise l’argent de la ligue de Délos pour renforcer la démocratie. Il fait verser par la cité une indemnité, le misthos, à tous ceux qui sont juges de l’Héliée, magistrats ou membres de la Boulè et permet ainsi aux plus pauvres de participer à la vie politique. Il fournit aussi du travail aux Athéniens en faisant reconstruire les temples de l’Acropole, leur offre des loisirs (théâtre), ce qui rend la démocratie très populaire.

PARTIE III │ La démocratie a donc bien été renforcée grâce à l’empire et ses ressources : mais elle reste cependant incomplète. La majorité des habitants est composée de non-citoyens : les femmes n’ont pas de droits politiques, ni les métèques (les étrangers domiciliés à Athènes) qui doivent en outre payer une taxe de résidence. Les esclaves, sans aucun droit, sont très nombreux. De plus, la citoyenneté athénienne est réservée à ceux dont les parents sont tous les deux Athéniens et il est presque impossible de l’obtenir par d’autres moyens. La démocratie reste donc limitée à un nombre de citoyens réduit.

 

CONCLUSION

Au Ve siècle avant J.-C., Athènes a étendu sa domination sur la mer Égée, créant un empire. Grâce aux ressources de celui-ci, Périclès a pu renforcer le régime démocratique. Cette démocratie reste cependant incomplète puisque de très nombreux habitants en sont exclus.

 

 

2. Comment s’est transformé l’espace méditerranéen durant la « paix romaine » (Ier-IIIe siècles) ?

 

INTRODUCTION 

 

À partir du Ier siècle, l’empire romain est dirigé par un empereur qui dispose de tous les pouvoirs. L’empire s’étend tout autour de la Méditerranée et son expansion continue jusqu’au IIe siècle mais dès le premier siècle, à l’intérieur de ses frontières, l’empire est en paix. Durant la paix romaine, l’espace méditerranéen se transforme. Comment s’est transformé l’espace méditerranéen durant la « paix romaine » (Ier-IIIe siècles) ?

 

DEVELOPPEMENT

 

PARTIE I │ Sous l’empire romain, les pays qui bordent la Méditerranée sont en paix et prospères. Après la période des conquêtes, il s’agit surtout de protéger l’empire des peuples barbares (extérieurs à l’empire) qui le menacent : les Germains à l’Ouest, des Parthes à l’est. Le limes - la frontière de l’empire romain - est protégé par des fleuves ou fortifié, et protégé par des légions. L’empereur lève de lourds impôts mais il laisse une grande autonomie aux cités qui sont dirigées par les citoyens de la cité selon le modèle de Rome. Les gouverneurs romains des provinces interviennent surtout pour résoudre les problèmes financiers des cités ou juger les crimes. Avec la paix romaine, l’empire devient prospère. Dans les campagnes, les Romains et de riches provinciaux créent de grands domaines agricoles, les villae. Le commerce se développe entre les provinces par les fleuves ou la voie maritime mais profite aussi des nouvelles voies romaines. La Méditerranée devient donc un lieu d’échange commercial. Rome, immense capitale, reçoit des produits de toute la Méditerranée.

PARTIE II │ Durant la paix romaine, les pays qui bordent la Méditerranée se romanisent inégalement. Rome fonde des villes nouvelles et les autres se développent. On y construit des monuments romains sur le modèle de ceux de Rome : aqueducs, temples, thermes… Peu à peu, le mode de vie romain se diffuse auprès des populations, en commençant par les riches citadins. La citoyenneté romaine est largement distribuée par l’empereur. Elle est d’abord donnée aux magistrats des cités, puis à des cités entières et enfin à tous les hommes libres de l’empire (édit de Caracalla, 212). Cependant la romanisation a des limites. Les régions peu urbanisées sont peu romanisées (ouest de la Mauritanie). L’est de la Méditerranée reste de culture grecque et la langue de communication y est le Grec.

 

PARTIE III │ La paix romaine permet enfin un grand brassage des religions méditerranéennes. Les dieux romains sont adoptés dans les villes du pourtour méditerranéen. Les habitants des provinces rendent aussi un culte à l’empereur et à Rome : le culte impérial. Mais les populations associent souvent leurs croyances et leurs dieux à ceux des Romains (Cernunnos en Gaule). Les cultes venus d’Orient se répandent aussi dans l’empire par les marchands et les soldats, y compris à Rome (Cybèle, Mithra, Isis). Deux religions monothéistes gagnent l’empire : le judaïsme, par la diaspora juive, et le christianisme. Ce dernier est combattu par période par les empereurs car ses adeptes rejettent le polythéisme romain et le culte impérial, mais il se développe malgré tout.

 

CONCLUSION

Ainsi durant la paix romaine, les échanges se sont accrus dans l’empire. Rome a installé sa civilisation sur les bords de la Méditerranée, avec des nuances selon les régions. La paix romaine permet aussi un grand brassage religieux qui prépare l’expansion du christianisme.

Date de dernière mise à jour : 16/08/2022

  • 2 votes. Moyenne 5 sur 5.