Paysans et seigneurs

Titre paysans seigneurs

Connaissances

Comment vivent les paysans et les seigneurs au Moyen Âge ? Comment l’Eglise encadre-t-elle la société médiévale ?

 

I. La seigneurie : lieu de pouvoirs et de domination

 

 

Les éléments de la seigneurie

Le seigneur, maître des lieux

C’est le lieu où vivent le seigneur et sa cour. A l’origine, il était construit en bois sur une hauteur (motte féodale) : le château fort et son donjon.

C’est le siège de son pouvoir, et aussi un symbole : il marque dans le paysage l’autorité du seigneur. Il sert à protéger les habitants de la seigneurie en cas d’attaque, ils se réfugient dans la basse-cour. Il a une fonction militaire : meurtrières, douves, pont-levis.

Les paysans se regroupent autour du château ou de l’église et des routes : les maisons.

Parfois les villageois s’organisent en communautés, ils peuvent obtenir des communaux : champs collectifs pour la pâture.

Ce sont les propriétés du seigneur : le pont, le moulin et le four.

Les habitants de la commune sont obligés de les utiliser notamment pour moudre les céréales. Ils paient les banalités.

Ce sont les terres louées aux paysans : les tenures.

Les paysans paient le cens (loyer) : ils doivent une partie de leurs récoltes au seigneur.

Le seigneur y pratique son sport favori : la chasse dans les bois.

Seul le seigneur peut y chasser, le paysan pris en plein braconnage risque la mort.

C’est la terre que le seigneur se garde pour sa propre consommation : la réserve du seigneur.

Les vilains doivent travailler ces terres, les récoltes sont totalement données au seigneur. Ce travail fait partie des corvées.

La potence pour les condamnés à la pendaison : le gibet.

Le seigneur a le droit de justice, cela fait partie du droit de ban (le droit de commander, de punir)

 

 

 

Au Moyen-Âge, les seigneurs font partie d’un ordre privilégié par hérédité (succession) : la noblesse (ou aristocratie). Ils vivent dans un château-fort.

Les seigneurs s’entourent de chevaliers qui le deviennent au cours de la cérémonie de l’adoubement. Les chevaliers font la guerre, participent à des tournois, des banquets et aiment la chasse. Le bon chevalier suit les règles de la chevalerie : être courageux, généreux, loyal et courtois avec les femmes comme le raconte les chansons de geste.

Les paysans (90% de la population) habitent autour du château et de l’église dans des villages qui naissent aux Xᵉ et XIᵉ siècles. Leur vie est difficile. Ils travaillent quotidiennement la terre (essentiellement culture de céréales).

A partir du XIᵉ siècle, la population augmente. Les défrichements* permettent de conquérir de nouvelles terres cultivables. L’assolement triennal* permet de mettre une partie des terres en jachère*. De nouveaux outils agricoles apparaissent (ex : la charrue). Ces progrès permettent daugmenter les récoltes et d’améliorer un peu la vie des paysans.

 

II. Un occident chrétien

 

En Occident, au Moyen-Âge, presque toute la population est chrétienne catholique.

Les fidèles pensent au Jugement dernier : les bons auront la vie éternelle, les mauvais subiront l’enfer éternel.

La préoccupation principale d’un chrétien est d’assurer son salut*.

À partir du XIIIᵉ siècle, les sept sacrements* ponctuent la vie des chrétiens de la naissance à la mort (voir schéma).

Le temps est rythmé par l’Eglise : les cloches sonnent lors de la messe le dimanche, jour de repos, ou lors de fêtes religieuses (Pâques, Noël). Les fidèles viennent y écouter le sermon, discours prononcé par le prêtre.

L’Eglise médiévale est très riche :

  • l’Eglise médiévale est propriétaire d’environ 1/3 des terres cultivées de l’Occident chrétien.
  • elle reçoit de très nombreux dons des fidèles (donations pieuses) en échange du salut et de prières
  • elle perçoit la dîme, un impôt souvent versé en nature (1/10e de la récolte).

Médias

Les paysans aux Moyen Âge

 

Les chevaliers aux Moyen Âge

Les seigneurs au Moyen Âge

 

Les chateaux forts au Moyen Âge

Récits

Dans un récit d’une dizaine de lignes, racontez la vie d’un seigneur et celle d’un paysan au Moyen Âge dès le XIe siècle.

Au XIe siècle, la plupart des terres appartiennent au seigneur qui dirige un vaste domaine : la seigneurie. Comment y vivent les seigneurs et les paysans ?

Seigneurs et chevaliers dirigent les paysans dans le cadre de la seigneurie. Ils se distinguent par un mode de vie et un état d’esprit particuliers. Quand ils ne font pas la guerre, ils pratiquent la chasse (chasse à courre) et participent à des tournois ou organisent des banquets. Les divertissements (danse ou musique) animent la cour du seigneur. Ils doivent défendre les couleurs de leur dame pour laquelle ils promettent fidélité et dévouement : c’est l’amour courtois. L’adoubement est une cérémonie dans laquelle un guerrier devient chevalier. Après un bain de purification et une veillée d’armes dans une chapelle, faite de prières et de pénitence, il reçoit la « collée » au cours de laquelle il prête le serment des chevaliers. Enfin, il reçoit ses armes et équipements.

La population compte 90 % de paysans. Ils vivent dans des villages et cultivent la terre. En toute saison, le quotidien des paysans est consacré au dur travail de la terre. Serfs et vilains vivent et travaillent sur une exploitation agricole appartenant à un seigneur. Les terres su seigneur sont divisées en deux : les tenures (terres louées par le seigneur aux paysans) et la réserve. Si tous n’ont pas les mêmes droits au sein de la seigneurie, tous vivent dans un cadre matériel modeste et vivent au rythme des saisons. Le calendrier agricole renseigne sur la diversité des travaux agricoles qui rythment l’année. Par exemple, la taille de la vigne en février ou les semailles en septembre. La survie des paysans dépend surtout des conditions climatiques : un temps trop sec ou trop humide peut compromettre les récoltes ou entraîner des famines meurtrières.

Les vies des seigneurs et des paysans sont bien différentes. Organisée autour du château ou d’un ou plusieurs villages environnants, la seigneurie est le territoire où travaillent les paysans sous l’autorité du seigneur.

Mon blason

  • Nom du fichier : Je crée mon blason
  • Taille : 292.02 Ko
Télécharger
  • Nom du fichier : Blason
  • Taille : 21.88 Ko
Télécharger
  • Nom du fichier : Blason (version Word modifiable)
  • Taille : 17.9 Ko
Télécharger

La légende arthurienne

Auteur :  Sylvie

Date de dernière mise à jour : 04/05/2022

  • 14 votes. Moyenne 4.9 sur 5.