Les temps forts de la Révolution

Titre rev fr

La prise de la Bastille, le 14 juillet 1789

Sous la forme d’un développement construit d’une vingtaine de lignes et en vous appuyant sur des faits précis, racontez la prise de la Bastille.

A la fin du XVIIIe siècle, la France traverse une crise financière, sociale et économique. Le roi Louis XVI décide de convoquer les Etats généraux. Comment s'est déroulée la prise de la Bastille ?

La séance d’ouverture des Etats généraux a lieu le 5 mai 1789 à Versailles. Mais le roi Louis XVI n’annonce aucune réforme profonde. Très déçus, les députés du Tiers-Etat se proclament Assemblée nationale. Le roi de France renvoie Jacques Necker, le ministre des finances pourtant favorable au peuple. Le 14 juillet 1789, une rumeur circule dans la ville selon laquelle le roi Louis XVI s'apprêterait à disperser par la force les députés réunis à Versailles. Dès le matin, quelques milliers de gens en colère s'attroupent et se dirigent vers l'hôpital des Invalides où elles s'emparent de fusils, puis vers la Bastille, censée contenir de la poudre. La Bastille est une forteresse impressionnante mais peu remplie de prisonniers ni très défendue en troupes. C’est surtout le symbole du pouvoir absolu et l’arbitraire du roi. Une délégation est envoyée pour y exiger le retrait des canons mais surtout de la poudre. C’est au fil des négociations que la tension monte. Le gouverneur de Launay accepte de retirer ses canons, accusés de menacer le peuple parisien. Puis ses hésitations dans les négociations commencent à agiter la foule, qui demande maintenant la reddition de la forteresse. La foule, venant des Invalides, commence à être nombreuse. Les troupes du gouverneur ont dû se replier dans la prison même laissant les assaillants prendre les deux cours extérieures. La colère monte d’un cran lorsque la garnison et ses troupes suisses ouvre le feu sur la foule, sans doute par dissuasion. Sous la direction de Hulin, les Parisiens arrivent au pied de la Bastille vers 15h30 avec quelques canons. Le combat continue. Finalement, le gouverneur de Launay est capturé puis exécuté. Le boucher, Desnot, est chargé de le décapiter et sa tête est brandie au bout d’une pique. La Bastille est pillée toute la nuitCes violences, que le roi n'ose pas sanctionner, marquent le début de la Révolution française. Pourtant, Louis XVI aurait écrit : « 14 juillet : rien ». C’était en réalité son journal de chasse.  Les conséquences sont immédiates : le 16 juillet, le roi doit rappeler Necker et le 17 juillet, il doit s’engager à porter la cocarde tricolore.  

Un an plus tard, le 14 juillet 1790, la Fête de la Fédération scelle la réconciliation du roi, des députés et du peuple. Mais cette réconciliation sera de courte durée... Depuis 1880, le 14 juillet est fête nationale.

La Révolution française (films de Robert Enrico)

Les années lumières (première partie)

Les années terribles (deuxième partie)

Les années terribles (troisième partie)

Date de dernière mise à jour : 28/01/2021

  • 12 votes. Moyenne 4.7 sur 5.